Ahmed Soura (Ahmed Bill Faso)

de Sherif Awad

Ahmed Soura (Ahmed Bill Faso)

Bonjour!


Je suis Ahmed Soura alias Ahmed Bill Faso, Artiste Chorégraphique et PDG de YONGONLON production...

Mon passé est rempli de tristesses, de joies et de défis. Ma propre famille (père, mère et mes petits frères) ne vivent plus. Ils sont tous décédés. Par contre j'ai de super oncles, tantes, cousins et ma petite famille qui ont su m'apporter l'amour et le courage d'être là où je suis aujourd'hui. 

J'ai rencontré la danse par hasard à la télévision quand j'avais 10 ans et cette passion est née en moi. 

-Quand j'étais enfant et à l'adolescence j'aimais regarder des films d'action tel que Rambo et tous les films de Jet Lee (acteur). Pour la danse c'était Michael Jackson et MC Hammer qui m'ont donnés le coût de la chorégraphie et j'ai commencé à chorégraphier des pièces de danse au lycée pour des compétitions de danse à Banfora, Burkina Faso. 

-Il est super important d'aller à l'école des arts pour devenir artistes si on veut que ce métier soit respecté comme les autres métiers. Il n'y a pas de docteur ni de pilote autodidacte. 

-Même si je ne suis pas totalement satisfait de mes revenus, je reste satisfait de mon parcours de danseur chorégraphe et aujourd'hui je suis producteur d'artistes avec ma structure YONGONLON PRODUCTION basé à Ouagadougou, Burkina Faso. 

-Atteindre la célébrité dans le monde entier n'est pas une fin en soi. Réussir son parcours artistique et vivre de son art est le plus important pour moi. 

-Oui, surtout avec cette pandémie tous les théâtres et festivals sont annulés et c'est la survie totale pour les artistes dans le monde. Mon plus grand défi actuellement c'est de construire mon centre interculturel YONGONLON à Banfora ma ville natale. Je rêve de construire un théâtre dans chaque pays Africain afin de promouvoir les tournées et rencontres artistiques entre les 54pays d'Afrique. 

-Dans mon pays natal qui est le Burkina Faso, je tiens à remercier le gouvernement pour ses efforts multiples. Un chapeau à notre ministre de la culture et au bureau des droits d'auteur qui se battent pour améliorer les conditions de vie des artistes Burkinabé. Pour mon pays d'accueil qui est l'Allemagne la situation des artistes est très handicapée par le COVID-19. Beaucoup de fonds d'appui sont mis en place pour soutenir les artistes. Cela crée un grand soulagement des artistes. 

-Pour la musique, j'enregistre d'abord ma voix dans mon dictaphone et après je l'écris pour enregistrer après en studio. Mes inspirations arrivent quand je suis dans l'avion, dans le bus, dans train, en randonnée et même sur ma moto en pleine circulation. Je descends de ma moto j'enregistre ma voix et après je continue. 

Pour la chorégraphie, j'écris mes idées et je me documente à la maison puis je fais mes recherches en studio de danse, en plein air ou dans le métro si c'est après 00 h 00.

-Je prends chaque opportunité comme la dernière et je m'engage à fond pour la réussite de chaque création artistique. 

-Actuellement je suis dans des recherches de fonds pour une nouvelle création de danse contemporaine, je suis à la création de mon association à Berlin, je suis à la recherche de partenaires / fonds pour la construction de mon centre interculturel YONGONLON à Banfora, je travaille avec le bureau de ma structure de YONGONLON pour la sortie du nouveau clip de mon artiste TABALI LA MERVEILLE. Il il y a un concert prévu pour le 17 juillet 2021 au CENASA Burkina Faso pour Tabali La Merveille. Pour mes tournées en Europe tout est en suspension. 

Je vous remercie du fond du cœur pour cette visibilité. Soyez béni



WELCOMING OUR VISITOR'S FACEBOOK COMMENTS HEREUNDER, THANKS IN ADVANCE